Collectif AESH 59-62

Pour nous informer et défendre les droits des aesh, avs

Boulogne : de nombreux postes d’auxiliaires de vie scolaire non pourvus dans les écoles primaires

Plus de trois mois après la rentrée, plusieurs postes d’auxiliaires de vie scolaire (AVS) sont encore non pourvus dans plusieurs écoles primaires de Boulogne. Les enseignants doivent s’occuper seuls d’enfants en situation de handicap, intégrés dans leur classe. Un syndicat tire la sonnette d’alarme.

 

1 – Le constat

«  Sur neuf écoles de Boulogne interrogées, il y a déjà 12 enfants actuellement sans AVS  , s’insurge Christel Abis, déléguée syndicale du SNUDI-FO (et elle-même enseignante). Alors même que chacun d’entre eux a pourtant eu une notification de la Maison départementale des personnes handicapées  ». Les écoles en question sont Arago (1 poste), Cary (1,5), Condorcet (2), Deseille (1), Duchenne (2), Ferry (2), Grimm (1) Pelletan (2), Perrault (1). Mais elles ne sont pas les seules concernées…

2 – Une contrepartie pour les enseignants

Dans une volonté d’intégration, depuis quelques années, de plus en plus d’enfants en situation de handicap et/ou en grande difficulté scolaire (déficiences intellectuelles, auditives, visuelles, dislexie, etc.) sont accueillis dans les classes ordinaires. «  En soi, cela peut paraître positif, les enseignants les accueillent à bras ouverts.  »

Mais cela n’est pas évident dans des classes de 25 à 29 écoliers, «  alors qu’ils n’ont pas ou peu été formés pour cela  ». Seule aide pour ces enseignants : les auxiliaires de vie scolaire qui assurent à l’enfant handicapé un accompagnement individuel.

3 – Le rôle essentiel des AVS

Les AVS sont par exemple compétents pour réexpliquer des consignes, aider l’enfant à s’organiser, à mieux communiquer, le canaliser s’il a un problème de comportement… Ou encore l’aider à s’habiller, aller à la récré, aux toilettes, à prendre ses médicaments… Bref, l’AVS a un rôle important et chronophage.

4 – Situation problématique

Quand certains postes ne sont pas pourvus comme c’est le cas actuellement, le professeur se retrouve donc dans une situation difficile. «  Il ne peut pas s’occuper de l’enfant comme il en aurait besoin et, d’un autre côté, cela crée pour lui un surcroît de travail et de paperasses à faire, au détriment des autres enfants.  »

Le fait n’est pas nouveau mais il serait plus massif cette année. «  Beaucoup d’enseignants m’en parlent et culpabilisent de ne pas s’en sortir avec un gamin.  » assure Christel Abis. «  C’est très pénalisant pour le fonctionnement de la classe  », témoigne le chef d’un autre établissement. Pour les enfants en difficulté, c’est vraiment un manque  ».

FAUT-IL LES FONTIONNARISER  ?

Le problème qui se pose cette rentrée est récurrent, même s’il semble être encore plus important que d’habitude. Normalement, les postes d’AVS manquants devraient malgré tout être pourvus dans les mois à venir. Mais les professeurs concernés auront eu le temps de souffrir…

La racine du problème n’est pas l’argent mais le mode d’embauche des auxiliaires de vie scolaire, qui signent des contrats de droit privé. «  La procédure de recrutement des AVS est très lourde  », explique Christel Abis.

Pour résumer, elle est le résultat d’un partenariat entre Pôle emploi, le lycée mutualisateur du secteur (ici, le lycée Branly), le recruteur (Calais ASH) et le rectorat. Pour être éligible au poste d’AVS, le candidat doit avoir plus de 50 ans et percevoir les minimas sociaux, ou avoir été au chômage depuis plus de 12 mois dans les 18 derniers mois.

Fonctionnariser les AVS ?

Le choix prend un minimum d’un mois et demi, le temps que les transmissions se fassent entre structures… ce qui explique le retard actuel. Deuxième problème : comme un contrat d’AVS dure un maximum de 2 ans, il faut recommencer un recrutement tous les 2 ans…

Et les AVS ne peuvent hélas pas être réembauchés tout de suite  ; ils doivent attendre un certain délai. Cette année, près de 1000 contrats sont arrivés à échéance dans le département.

Pour mettre fin à ce «  turnover permanent du personnel  », le SNUDI-FO réclame que ces postes spécialisés soient maintenus et les emplois précaires pérennisés. «  Les AVS devraient être intégrés dans la fonction publique.  » Tout comme les secrétaires des directeurs…

http://www.nordeclair.fr/info-locale/boulogne-de-nombreux-postes-d-auxiliaires-de-vie-scolaire-jna60b0n957899

 

Navigation dans un article

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :